Sélectionner une page

Négoce de matières premières : le savoir-faire helvétique

 

Opinion de Jean-Philippe Amvame, CEO, Philia SA

Dès le XIXème siècle, la Suisse a su développer une compétence internationale en matière de négoce de matières premières. Nestlé faisait déjà prospérer le commerce du coton et du café dans les années 1920. La Suisse est ainsi devenue le numéro un du négoce des céréales, de l’huile de soja et de noix. Depuis les années 1980, la Suisse a connu un véritable essor de ce secteur à tel point qu’elle est devenue à l’échelle mondiale l’une des places de négoce de matières premières les plus importantes. Elle a suscité l’intérêt des sociétés de négoce grâce à des conditions-cadres attrayantes : stabilité économique, juridique et politique, banques dotées d’une véritable expertise du secteur et apportant des solutions de financement innovantes. Les principales entreprises de négoce y sont implantées, dont Philia SA.

Faits et chiffres

Quelques 500 entreprises et plus de 10 000 personnes travaillent dans le secteur des matières premières en Suisse. Ces chiffrent incluent en plus du négoce, le fret, le financement du commerce, ainsi que l’inspection et le contrôle des marchandises. Selon une enquête récente de la BNS, les recettes tirées en 2014 de ce domaine atteignent CHF 25,2 milliards, soit 3,9 % du PIB suisse.

Genève accueille quelques 8 000 collaborateurs employés dans le secteur. Zoug quant à elle emploie près de 2 000 spécialistes. Lugano constitue un troisième centre employant un millier de personnes.

Jean-Philippe Amvame, fondateur et CEO de la société Philia SA, établie depuis 2012 à Genève, explique son choix : « Genève est un vivier de compétences et de talents humains, ainsi que d’acteurs financiers experts du secteur. Par ailleurs, c’est une ville internationale dotée d’excellentes infrastructures, notamment un aéroport offrant un réseau exceptionnel de lignes internationales directes vers l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Afrique du Nord et même la Chine. Ce fut un choix naturel lorsqu’il s’est agi d’établir Philia SA ».

Parmi les places de négoce, Philia SA a fait le choix de Genève

La cité de Calvin rivalise à armes égales avec les places internationales telles que Londres et Singapour. Il ne faut pas en oublier pour autant Zoug et Lugano qui font aussi partie des cinq plus importants centres mondiaux de négoce. Les villes suisses ont su se concentrer sur des activités spécifiques, offrant chacune des avantages complémentaires.

Reste que de manière générale, le développement du secteur s’est accompagné d’une qualification croissante de ses acteurs. Des formations ont émergé offrant une combinaison de cursus théoriques et pratiques.

  • Comme on le sait, Genève se positionne comme leader mondial du négoce de pétrole, secteur d’activité de Philia SA. Près d’un tiers des opérations y sont traitées. Elle tient également une place prépondérante dans l’achat et la vente de céréales, d’oléagineux et de coton.
  • Réputée pour sa fiscalité avantageuse, Zoug quant à elle s’est forgée une réputation dans les matières premières, non seulement le pétrole, mais aussi dans les minéraux et les métaux.
  • Enfin Lugano s’est spécialisée dans les métaux, plus précisément dans le négoce de l’or. Le Tessin abrite trois des plus importantes entreprises mondiales de transformation des métaux précieux. Lugano se distingue aussi dans le négoce de l’acier, du gaz, du charbon et de certaines matières premières agricoles.

Cette activité de négoce est donc un secteur porteur pour la Suisse en général et le secteur bancaire helvétique en particulier.

Le secteur des matières premières en Suisse

 

%

DU PIB Suisse

Personnes travaillant dans ce secteur

milliards CHF générés en 2014